Et après ? - apic06

A ce jour, très peu d’études se sont penchées sur l’évolution de l’enfant dysphasique, c’est pourquoi il est difficile de dresser un portrait type de l’enfant devenu adolescent puis adulte.

Bien souvent, la scolarité des enfants et adolescents dysphasiques s’avère difficile avec des redoublements et trop souvent un passage dans un centre spécialisé.

Dans tous les cas, ces enfants vont progresser au niveau du langage avec de l’aide et beaucoup de temps.

Et même si quelques difficultés persistent, la plupart parviendront à communiquer dans leur vie de tous les jours.

 

La formation professionnelle

A propos de leur orientation, il ressort des études qu’en général les adolescents et adultes dysphasiques se tournent vers des professions manuelles et/ou techniques dans lesquelles ils peuvent s’épanouir harmonieusement.

Très concrets, ils peuvent être de bons techniciens.

Beaucoup trouveront des solutions dans des études de type CAP, BEP voire BAC professionnel

 

L’insertion professionnelle

Ces jeunes dysphasiques relèvent de la RQTH (Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé)  à demander auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) et sera validée par la CDAPH (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées).

Cette RQTH peut être demandée dès les 20 ans du jeune. Avant, l’AEEH (Allocation d’Education Enfant Handicapé) vaut RQTH.

Pour faciliter l’insertion professionnelle, aboutissement recherché de la formation, certaines structures pourront, à ce moment, vous apporter une aide :

Les CAP EMPLOI constituent un réseau spécialisé chargé d’aider l’accès à l’emploi des personnes présentant un handicap.

HANDIJOB, contacter la MDPH.

Les Missions locales ou PAIO, structures d’accueil des jeunes 16-25 ans, ne sont pas formées à la dysphasie.

L’ANPE, service public chargé d’apporter une aide aux demandeurs d’emploi n’est pas non plus formé à la dysphasie.